Villégiatures à la colombienne

Entre gorges vertigineuses, rivières au cours rapide et hautes montagnes enneigées, la tendance de cette région centrale est à l’aventure. La route qui la traverse en longeant le spectaculaire canyon de Chicamocha est l’une des plus belle de Colombie. Accrochée à la falaise, cette route sinueuse offre un superbe panorama -par temps clair-. Les nuages et la pluie apporteront une dimension mystérieuse mais dissuaderont les envies de sensations fortes pour la traversée du canyon en funiculaire. Quelques éclaircies laisseront toutefois entrevoir de jolis points de vue sur les falaises végétales, et même sur la rivière qui s’étire, tel un fil d’argent, au fond du ravin. Non, vraiment, ici, ce sont les petites bourgades bucoliques qui enchantent le plus, comme la superbe Villa de Leyva et son immense place principale, ou la très photogénique Barichara et son charme préservé. Des villages coloniaux aux rues pavées qui semblent figés dans le temps, où la vie se déroule à un rythme nonchalant.

panorama-chicamocha-04

 

VILLA DE LEYVA

Inscrite au cœur d’une région aride, les paysages qui entoure les village de Villa de Leyva ne sont que montagnes dépouillées, étendues asséchées et pierres fossilisées. Pourtant, le climat y est doux et agréable pour les pérégrinations urbaines qui nous attendent. Datant du XVIème siècle, Villa de Leyva a su garder son charme d’antan avec ses rues pavées -très irrégulièrement : pas facile pour circuler en voiture ou à pied !-, sa place centrale démesurée, son église, ses maisons blanches immaculées, ou son moulin à eau. Considéré comme l’un des plus jolis village de Colombie, Villa de Leyva impressionne surtout par la dimension de sa place principale : 14 400 m2 qui, couverte de gros pavés, est entourée de beaux bâtiments à arcades et d’une petite église, d’une adorable simplicité. Une immensité idéale pour s’exercer au cerf-volant sans risques de s’y emmêler les fils. Les charmantes rues bordées de bâtiments coloniaux blanchis à la chaux accueillent restaurants raffinés, musées ou boutiques d’artisanat. Magnifiquement restaurées, ces demeures dévoilent de somptueux patios, où il fait bon déguster glace ou jus bien frais à l’ombre des arbres et des bougainvilliers. Une ambiance qui inspire la paix et la sérénité.

 

BARICHARA

Après une route plus que chaotique, et une dernière montée ardue pour atteindre les hauteurs, nous arrivons dans un des plus beaux village colombien, au doux nom de Barichara. Perché sur une falaise, le point de vue offre un panorama imprenable sur le canyon en contrebas, mais également sur les magnifiques ruelles pavées et escarpées qui descendent vers le centre du village. Barichara est entièrement construit en pisé, et les murs sont ensuite recouverts de chaux. Superbement préservés grâce aux techniques constructives qui se perpétuent, les façades des bâtiments arborent une blancheur sans pareil que l’on peinerai à dire qu’ils ont plus de 300 ans, et portes et balcons se parent de leur plus beau vert. Une jolie palette de couleurs qui s’harmonise parfaitement avec les camaïeux des toits en tuile et de la terre ocre des environs.

Spécialité culinaire très appréciée des locaux et vieille traditions des ancêtres Guane, nous n’avons toutefois pas osé les Hormigas Culonas [les fourmis a gros culs], qui, parait-il, croquent délicieusement sous la dent en libérant un goût de café. Mais le petit village éponyme et cœur historique des indiens de la région, Guane est situé à neuf kilomètres de Barichara, au fond de la vallée relié par un vieux sentier pavé. Une belle descente sur le « Chemin Royal » à travers une campagne « provençale » : cigales, lézards, pierres sèches, maquis, chèvres et vaches créeront le décor, accompagné d’une chaleur digne d’un été caniculaire du midi. Perdu au milieu de la montagne, Guane invite à la flânerie au sein de ses deux ruelles pavées aux maisons blanches. Un hameau bien tranquille, au charme désuet mais attachant. Le retour sur Barichara se fera en bus, le soleil devenant trop arasant pour entreprendre une remontée sans ombre. Le temps ensuite de profiter encore pour quelques instants de la beauté du plus beau village colombien où le temps ne semble avoir aucune emprise. Ruelles, petites églises, parcs ombragés, maisons à patio, habitants sympathiques, TOUT en fait une destination agréable à l’atmosphère reposante, que l’on ne se lasse pas d’admirer. Un vrai bijou architectural, et certainement le plus beau village que nous ayons vu jusqu’alors.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *