TEST #16.03

On a testé pour vous … les produits Akammak

Et on en est contents !

Une petite remise en situation s’impose : lors de nos démarches dans la recherche de sponsors, nous souhaitions qu’une marque de vêtements techniques nous accompagne. C’est en contactant l’entreprise Akammak, et son fondateur, P. Demerseman, qu’un intérêt commun s’est trouvé. Intéressé par notre démarche du voyage et de recherche sur l’habitat, il a proposé de nous sponsoriser en nous offrant du matériel. Akammak, c’est une société spécialisée dans la création de vêtements techniques outdoor, toujours à la recherche d’une innovation technologique « durable » pour concevoir des vêtements performants. Et cette idée nous plaît.

Nous sommes donc partis avec une petite collection de vêtements de la marque à l’ours rouge. En effet, Akammak nous a chacun, généreusement habillés pour l’hiver en nous offrant un collant chaud, un tee-shirt à manches longues et une paire de gants. Pas en reste pour les saisons estivales et nos longues randonnées, nous sommes également partis chacun avec un polo en bambou. Après quelques mois d’expérimentation, des tenues « chaudes » à Ushuaïa et dans toute la Patagonie, et plus récemment des T-shirts en bambou, nous pouvons vous faire part de nos impressions.

 

JAMAIS SANS MES SOUS-GANTS

Des sous-gants c’est hyper utile, mais des « sous-gants où tu n’as même pas besoin de gants tellement ils tiennent chaud », c’est topissime. Dans les contrées australes patagonnes, ces gants étaient souvent vissés à nos mains. Moi (Laëtitia) qui ai le syndrome de Raynaud (absence de circulation sanguine dans les doigts lorsqu’il fait trop froid), ces gants m’ont évité plus d’une fois de me retrouver avec mes 10 doigts paralysés… Épais, mais très légers, ils sont agréables à porter et sèchent également très vite. Bref, nous les avons adoptés.

 

COUP DE COEUR POUR LE COLLANT

Un collant, ce n’est jamais très glamour… alors au moment des essayages, nous n’étions pas forcément des plus emballés. Surtout quant Valentin a vu le sien, couleur rouge framboise… Mais bon, on s’en fiche, s’est pour mettre SOUS le pantalon. Nous ne nous rendions pas compte de l’utilité de ce petit bout de tissu avant d’affronter les grands froids de Patagonie. Avec les vents glacés, nous étions contents de pouvoir porter cette couche supplémentaire qui coupe complètement du froid. Très moulant pour maintenir au chaud, il est pourtant très confortable à porter. Sous un pantalon de randonnée, sous un jean, il ne nous a pas quitté pendant un bon bout de temps. Je me demande même si je ne me risquerai pas à le porter sans rien au dessus, la mode féminine en Argentine étant actuellement au collant moulant apparent qui met en avant les formes… Valentin l’a même testé lors de sa navigation sur le canal de Beagle ; équipé comme il était, il aurait pu voguer jusqu’au cap Horn ! Sa rapidité de séchage est un point positif indéniable, qui nous permettait d’enchaîner plusieurs randonnées. Nous n’avons qu’une hâte, atteindre les hauts sommets boliviens pour pouvoir ré-enfiler sous nos pantalons cette seconde peau.

IMG_1040

 

UN SOUS-PULL UTILE QUI MANQUE UN PEU D’ESTHETIQUE

Le T-shirt à manches longues est peut être le vêtement qui nous plaît le moins, à tous les deux. Valentin trouve le sien trop petit, moi je le trouve un peu grand. Bien qu’il ai prouvé son efficacité à maintenir le corps chaud au cours de randonnées, comme celle de l’ascension des Torres del Paine au Chili, où la température avoisinait les 0°, la sensation de le porter n’est pas des plus agréables. Sa capacité à absorber la transpiration est redoutable : même après 5 heures d’efforts, on se sent quasi au sec ; mais le col, montant un peu haut, ainsi que l’épaisseur du tissu, me donne envie de m’en débarrasser au plus vite. Un vêtement utile, à ne porter que si c’est nécessaire.

IMG_1048

 

UNE T-SHIRT EN BAMBOU ANTI-TRANSPIRANT

Éprouvés – et approuvés – à chacune de nos randonnées, nous n’avons rien à redire. Légers lorsqu’ils sont sur notre dos, ils sont toutefois résistants, aux chocs et aux tâches. Les lavages successifs, à la main ou à la machine, n’ont aucun impact sur eux et ils sèchent super rapidement : point +++. La fibre de bambou propose un tissu bien agréable à porter et permet au T-shirt d’être très respirant. Il ne faut pas non plus croire, on transpire quand même, le T-shirt est mouillé après une bonne marche de plusieurs heures, mais celui-ci sèche vite et sur les couleurs sombres (kaki et bleu marine) la transpi ne se voit pas !!! De plus, sa forme polo est très chouette esthétiquement : ça change des T-shirts classiques de sport et donne un look classe quand on part en randonnée. Nous nous faisons un plaisir de porter ce polo, aussi bien en T-shirt « sport », qu’en T-shirt « ville ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *