L’histoire dans les murs d’Antigua

Le Guatemala est un pays qui a tant à proposer, où les âmes d’aventuriers devraient se régaler. Entre des sites archéologiques impénétrables, des lacs parmi les plus beaux du monde qui sont entourés de volcans aux cônes parfaits, des jungles oubliées, des villages séculaires et perdus des hauts plateaux, ou une ancienne capitale assoupie, la plus grande partie du pays reste encore sauvage et authentique, … pour notre plus grand plaisir ! C’est une ville emplie d’histoire qui sera notre première destination dans ce pays plein de mystères. Antigua, l’ancienne capitale du Guatemala, est restée figée dans une époque coloniale, où la nature a ajouté sa patine pour en faire une des villes les plus charmantes du pays, voire même d’Amérique centrale.

Antigua, c’est avant tout une atmosphère. Au détour d’une rue, l’on peux observer une église en ruine, les murs troués d’un ancien couvent, ou les demeures coloniales patinées par les années, qui renvoient l’image d’un passé glorieux. D’innombrables monuments détruits par le tremblement de terre de 1773 et laissés à l’état de ruines lui confèrent un charme indéfinissable qui enveloppe chaque mur de mystères. Entouré par trois importants volcans, l’Agua, le Fuego et l’Acatenango, le joyau du Guatemala semble pourtant serein. Aux dépends de « dame nature », Antigua pense ses blessures et continue de vivre au rythme de ses vestiges, en partie restaurés avec le lustre d’antan. Une simple flânerie dans ces rues emplies d’histoire suffit alors à charmer le voyageur. On aime parcourir à pieds les larges rues aux pavés mal ajustés, observer les maisons basses aux couleurs chaudes, s’extasier devant les portes et fenêtres en bois et leur jolis barreaux forgés, se prélasser dans les grands patios fleuris, contempler les places à arcades et les nombreuses églises qui témoignent du passé religieux, mais aussi le cadre exceptionnel encadré par les 3 volcans. À quelques encablures et plusieurs marches à gravir, le point de vue sur la ville révèle l’harmonie d’un urbanisme en damier et des toitures de tuiles. En face l’impressionnant Agua au cône parfait toise la ville à son pied ; à droite, le Fuego, comme son nom l’indique, fume régulièrement un épais et noir nuage de cendres.

Une ambiance cosmopolite se dégage de cette sympathique cité à taille humaine, où chaque jour, l’on découvre un nouveau jardin caché derrière une façade détruite, un précieux petit café où se reposer, une boutique typique ou un joyeux marché. Sur la grande place animée, se bousculent vendeurs ambulants d’artisanats et de nourriture : les noix et cacahuètes sont trimballées dans des brouettes, les glaces sur des chariots, et les tortillas juste modelées cuisent par dizaines sur d’immense plaques de cuisson. À même le trottoir, les piñatas pour enfants sont présentées et les femmes tissent leur dernière création. À chaque heure de la journée, la lumière se reflète sur les murs patinés de cette ville culturelle d’une grande pureté, on s’imagine alors facilement la grandeur passée. À l’aube, les ruelles encore endormies appartiennent aux photographes, et le volcan Agua découvre son sommet derrière la grosse horloge jaune de la ville ; tandis qu’au crépuscule, les lumières s’allument une à une, préparant Antigua aux douces illuminations de Noël. Ovnis dans ce calme paysage, mais véritables institutions locales, seuls les « chicken bus » sortent Antigua de la torpeur. Ces bus, anciennement utilisés au transport scolaire des petits nords américains, font ici office de transport publics. Bondés, colorés, chargés jusqu’au toit de marchandises diverses et variées, et sous la bénédiction de Dieu, ils sont conduits par des chauffeurs pressés. Mais rien ne pourra altérer l’imperturbable quiétude de la belle Antigua.

Un paysage volcanique somptueux, un passé lisible sur les murs, une ambiance apaisante, la résiliente Antigua renaît avec panache de ses épreuves. Une jolie ville où le temps patine les monuments avec justesse, où les habitants vivent avec tendresse, des moments que l’on ne peux oublier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *