La faune de La Flor

À quelques jours de la nouvelle lune, en pleine période de ponte, et à quelques kilomètres d’une réserve de nidification, tes rêves d’enfants refont surface. Une lubie qui surgit d’on ne sait où, mais qui devient une obsession. Avoir la chance d’observer des tortues, grandes ou bébés, est un privilège à ne pas rater… Piste chaotique, refuge isolé, plages sauvages, zéro services, mais l’envie est trop forte, alors nous mettons le cap vers ce bout du monde … à la vitesse de la tortue !

 

ENTRE PONTES ET ÉCLOSIONS

Les plages de la région sont magnifiques, ensoleillées à souhait, et bordées de temps à autre par quelques communautés. Tranquillité et détente sont au programme des journées. Une destination idyllique où les tortues marines Pasmala élisent domicile, tous les deux ans, pour pondre une centaine d’œufs dans ce sable blanc. Mesurant jusqu’à 70 cm et pesant près de 45 kg, les tortues Pasmala sont parmi les plus petites tortues marines. Considérées comme carnivores, elles se nourrissent de crevettes, poissons, crabes ou mollusques qu’elles débusquent dans les récifs coralliens.

Établi depuis plus de vingts ans, le refuge de la Flor est chargé ici de protéger la nidification de ces tortues en surveillant les plages, développant un programme d’éducation ou assurant une protection des nids et des éclosions. Et de novembre à février, le travail ne manque pas, puisque des milliers de tortues, seules ou en groupe, reviennent sur leur plage de naissance pour pondre ; jusqu’à 3.000 spécimens peuvent alors être observés en une seule nuit. Si au campement la journée est bien calme, entre sieste dans le hamac, baignade réparatrice, farniente sur la plage ou partie de pêche, à la nuit tombée, tout s’active. Il s’agit de surveiller les lieux de ponte pour récupérer les œufs et ainsi éviter les pillages humains [pour la revente ou la consommation] et animaux, qui entraînent malheureusement l’extinction progressive de l’espèce. La première étape consistera à relâcher une cinquantaine de bébés tortues nées le matin même dans un des nids du « vivarium ». Les nouveau-nés hyperactifs s’agitent dans la passoire rouge, battant avec leurs 4 petites nageoires pour tenter de remonter la pente et atteindre au plus vite la mer. Toutes grises, les tortues ont une minuscule carapace texturée qui protège leur frêle corps si doux. C’est donc un travail de fin de journée que de libérer toutes ces petites tortues, limitant ainsi le risque des prédateurs aériens qui n’en feraient qu’une bouchée. À 5 mètres de la mer, les tortues sont alors délivrées de leur bocal, et instinctivement se dirigent vers les vagues qui les amèneront au large. Un spectacle émouvant, surtout si l’on pense aux statistiques de mortalité [1/1000 seulement parviendra à l’âge adulte].

Plus tard dans la soirée, guidée par l’instinct et l’obscurité, une grosse tortue se fait déposer par une vague sur le sable mouillé. Ses quatre nageoires palmées l’aident à se mouvoir lentement. Les bruits rauques traduisent l’effort considérable qu’elle produit, et l’on comprend rapidement qu’elle est bien plus à l’aise dans l’eau que sur terre ! L’emplacement du nid choisi, la tortue Pasmala commence à creuser un trou avec l’aide de ses pattes arrières, d’une profondeur correspondant à sa nageoire. Il faut la voir se transcender, puisant dans toutes ses forces, il faut l’entendre souffler, pour comprendre que plus rien ne compte autour d’elle, seulement pouvoir libérer ses œufs. Le nid prêt, les œufs commencent alors à tomber, un à un, au fond du trou de sable, entre 100 à 150 par ponte. Puis la tortue procède lentement au rebouchage minutieux de son nid, son corps se balance et ses pattes tapotent afin de tasser le sable au-dessus du trou. Le travail terminé, elle quitte la plage pour rejoindre l’océan, laissant l’empreinte de son passage derrière elle. Une rencontre magique ! Les œufs pondus seront déterrés par les gardiens afin de les compter, et les stocker dans une couveuse qui recréée le milieu naturel de ponte, pour les protéger jusqu’à leur éclosion, une quarantaine de jours plus tard. Mais d’autres pontes n’ont pu être surveillées, la plage étant tellement large et les hommes si peu nombreux.

C’est ainsi que, en pleine nuit, nous aurons le privilège d’assister à deux éclosions de nids, directement sur la plage. Progressivement, remontent à la surface environ quatre vingt bébés tortues, depuis un trou qu’elles ont réussi à creuser à la seule force de leurs petites pattes palmées. Les premières pointent leur tête, tandis que les suivantes s’échinent encore à remonter la pente sableuse. Épuisées, elles n’ont que quelques instants pour puiser dans l’énergie qui leur reste avant de se diriger vers le large, guidées par les reflets de la lune sur l’eau. Après quelques mètres la première vague en emporte une poignée, à la seconde, tous les nouveaux-nés sont déjà happés dans l’océan. Rendez-vous dans plusieurs dizaines d’années, peut être que l’une d’entre elle viendra à son tour pondre ses œufs… Ce fut une belle et riche soirée, où un rêve de gosse s’est réalisé !

Les beaux paysages sont généralement sublimés par les animaux, comme ce fut le cas pour les magnifiques côtes de La Flor et ses tortues marines, mais à ce sujet là, les montagnes de Matagalpa ne sont pas en reste. Une forêt dense et vallonnée, propice à la culture du café, fait du nord du Nicaragua une destination à ne pas rater. C’est autour de Jinotega et Matagalpa que cacaoyers et caféiers poussent à l’ombre des géants de la forêt. Une région d’altitude et de fraîcheur, où il fait bon se poser après ces journées de chaleur intense, à s’émerveiller devant le panorama qui est offert. Quelques randonnées mènent à travers l’immense propriété, sinuant entre cascades et caféiers. Les papillons multicolores, colibris et oiseaux en tout genre en liberté, ou singes fugaces, sont autant de belles rencontres que le paysage est époustouflant. Un lieu magnifiquement paisible qu’il est difficile de quitter. Car en effet, les beaux paysages sont généralement toujours sublimés par les animaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *