Humberstone

La route désertique du Nord du Chili est jalonnée de villes fantômes, vestiges d’une industrie, autrefois florissante, qui exploita le nitrate présent dans les sous-sol du désert de l’Atacama jusque dans les 1960. Parmi les plus connues, Humberstone, ville minière fondée en 1872 autour d’un gisement de salpêtre, accueillit à son apogée près de 5.000 habitants. Une ville qui a prospéré uniquement autour de sa mine, au milieu de nulle part, entourée par des centaines de kilomètres de roches et de sable. Pourtant dynamique et culturelle, celle-ci est complètement abandonnée depuis la fermeture de l’usine. Les nombreux mineurs, privés de leur travail, ont ainsi déserté Humberstone et la ville perdit à jamais son âme. Si l’Unesco décide de classer ce site au Patrimoine Mondial, c’est en partie pour l’étonnante conservation des bâtiments, qui en fait aujourd’hui une ville fantôme fascinante à explorer.

Tout est abandonné, mais rien n’a bougé, et si quelques bâtiments sont régulièrement entretenus voire restaurés afin de conserver la mémoire du passé, certains tombent maintenant en ruine, croulant sous le poids de la rouille. C’est dans une ambiance fantomatiquement particulière que l’on s’imagine ainsi, quelques dizaines d’années en arrière, arpentant les ruelles poussiéreuses où se juxtaposent des centaines de petites maisons de bois et de métal. Ces anciennes habitations, aujourd’hui reconverties en musée, permettent d’appréhender le niveau de vie de l’époque. Certaines sont de véritables reconstitutions de cet habitat ouvrier du début du XXème siècle, d’autres conservent les multitudes d’objets retrouvés sur le site : des jeux pour enfants en fil de fer aux ustensiles de cuisine semblant sortir de brocante, en passant par les luminaires qui éclairaient les rues ou les divers moyens de communication. Le parquet grince, la lumière s’infiltre par chaque interstice des hangars en décomposition, des habits d’époque prennent la poussière, tout comme les vieilles machines industrielles qui rouillent au fil du temps. Le superbe théâtre aux fauteuils intacts, la profonde piscine et son plongeoir, le terrain de tennis, l’hôtel à la belle façade art-déco, l’église en bois, le marché et son alignement d’arcades, la place principale agréablement arborée, l’école et ses huit classes où trônent encore tableaux noirs et pupitres, la grande salle de bal ; toutes ces infrastructures, signes d’un passé prospère, sont à jamais désertées.

PANORAMA-Humberstone

Humberstone, ville mystérieuse, énigmatique et fantomatique, mais ville enchanteresse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *