Des plages et des dieux

Si la côte orientale du Costa Rica vit au rythme décontracté du reggae caribéen, c’est sur la côte pacifique qu’il faut aller pour surfer tout au long de l’année. Nette différence avec les habitants afro-jamaïcains à l’opposé du pays, les habitudes ici sont toutes autres, la qualité de vie aussi ! La préoccupation principale est à se tenir informé des conditions météo pour dompter la vague parfaite, ou à se pommader avec soin de crème solaire pour obtenir un parfait bronzage. Les longues plages de sable baignées de soleil voient défiler une population cosmopolite en short ou en bikini à longueur de journée : des lieux pleins de vie qui s’animent aux heures des marées. Mais la côte pacifique, c’est aussi un périple aux couleurs du paradis entre le rouge du plumage des aras, ou le vert de la végétation des parcs tropicaux qui dévalent vers une mer indigo survoltée.

panorama-playa-grande

Il est bien difficile de ne pas succomber aux magnifiques plages du Costa Rica. Reliées entre elles par des pistes accidentées sinuant à travers les collines escarpées à la végétation luxuriante, elles se révèlent accessibles, parfois reculées, mais toujours romantiquement splendides. Larges, relativement sauvages, et bordées de palmiers, la couleur du sable y varie du gris au blanc, en passant par des coquillages broyés. L’eau azuréenne, bien qu’agitée, est à parfaite température, ni trop chaude, ni trop froide. Les vagues, longues, hautes, garantissent des heures d’amusement : tantôt massés par la puissante vague, tantôt emportés dans la machine à laver, tantôt a essayé de replacer son maillot de bain. Certains se prélassent dans les hamacs, d’autres adoptent quelques postures de yoga, quand les plus téméraires en profitent pour s’essayer au surf. Bien que néophytes dans ce domaine, maîtriser la planche dans un tel environnement révèle de l’enchantement. Plus expérimentés, quelques surfeurs aux cheveux décolorés par le soleil et au corps parfaitement musclé après des heures passées sur leur planche, s’adonneront à de véritables représentations au milieu des rouleaux déchaînés, qui en laisseront plus d’un rêveurs. Au loin, une baleine s’ébat dans les vagues, à quelques encablures seulement de ces hommes debout sur l’eau, qui ne la verront guère. Mais depuis la plage, le spectacle est magique. Plus au Nord, la sauvage péninsule de Nicoya est un joyau qui fascine dès le premier regard : falaises accidentées, criques bleu-vert protégées par des îles au large, croissants sableux encadrés de promontoires rocheux, jungle et cocotiers, petits villages paisibles à parcourir à pied, et couchers de soleil inoubliables. À l’arrivée du crépuscule, les reflets orange du soleil dansent sur l’eau et les surfers dessinent en noir des lignes acrobates à l’horizon. Le soleil s’engouffre dans l’immensité de l’océan et les couleurs embrasent le ciel, prometteur d’un beau lendemain. Chaque bivouac ne sera jamais loin de la mer et du bruit des vagues, douce berceuse que le ressac.

Mais ces paysages de carte postale ne seraient rien sans les animaux qui les habitent. Des singes de tout poil passent à toute allure sur ces plages paradisiaques et hantent la forêt de leurs cris perçants, des paresseux surveillent nonchalamment les sentiers de randonnées, des iguanes se dorent la pilule, des aras survolent les eaux traversées par des dauphins et des baleines, et des crocodiles peuplent les marécages. La côte pacifique est un endroit de rêve pour observer tous ces animaux exotiques et retrouver, pour quelques instants, son âme d’enfant. Les singes araignées arpentent la forêt en quête de nourriture et se montrent facilement sous leur meilleur profil. En contre-bas d’un pont, une bonne vingtaine de gigantesques crocodiles -les plus gros d’Amérique- attendent patiemment leur pitance, ouvrant leur gueule monstrueusement effrayante pour dévoiler leurs plus belles dents ! À l’orée de la plage, au milieu des manguiers, ça chahute, ça crie… de majestueux aras rouges exposent quelques minutes leurs plus belles couleurs qui se noient ensuite dans l’enfer vert. Emblématique du Costa Rica, ce magnifique oiseau tropical est impressionnant d’agilité lorsqu’il évolue dans son milieu naturel. Un cri distinctif annonce l’envol et tous les yeux se lèvent pour observer un couple de perroquet d’un rouge éclatant, fendre l’air sur fond de ciel bleu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *