Des palmiers à la montagne

Envie de fraîcheur, envie de montagne, envie de paysages grandioses verdoyant, envie d’un bol d’air pur, envie de nature. Nous partons tous ensemble vers l’intérieur des terres, là ou les reliefs s’accentuent, où les virages n’en finissent plus, où les petits villages semblent être figés dans le temps. À Salento, nous découvrons une montagne majestueuse, des palmiers de cire vertigineux, des plantations de café embaumantes, des chapeaux par milliers et des gens attentifs. Tout y est pour respirer un bon coup et se laisser aller. Dans le pur style colonial de cette région d’Antiquioa, les ruelles pavées sont bordées de maisons colorées. Deux, voire trois couleurs pour chaque façade, et des reliefs autour des portes et des fenêtres, viennent égayer l’immense place principale. Quelques boutiques de souvenirs, et plusieurs restaurants, où truites et patacones [galettes de bananes plantain] sont proposées en toutes saisons. Une poésie géométriquement acidulée se dégage de ce village pittoresque. Destination touristique par excellence, jeeps et chevaux attendent d’emmener en excursion quelques assoiffés de sensations pour une plongée au cœur de la célèbre vallée de Cocora. Dans un pays où les superbes paysages sont légion, la vallée de Cocora figure parmi les plus beaux.

img_6180

Une belle route conduit jusque dans la vallée, sinuant entre les collines où se dressent les premiers palmiers de cire, l’arbre emblématique de la Colombie. Les plus hauts du monde, ils peuvent atteindre jusqu’à 60 mètres de haut, une élégance profilée qui s’érige au beau milieu de ces alpages d’un photogénique camaïeu vert. Une jolie ballade entre pâturages et forêt humide. Dans les gigantesques prairies émergent, telles des flèches fines et pointues tendues vers le ciel, des milliers de palmiers. Des vaches -oui oui vous avez bien compris, pas de singe ou d’animaux exotiques mais bien des vaches-, paissent à leur pied.

Dans la forêt, il faut traverser des ponts suspendus, crapahuter dans la boue et escalader des rochers pour arriver jusqu’à la maison des colibris, perchée en haut d’une colline. Ici, plusieurs espèces de ces minuscules -mais très rapides- oiseaux ont élu domicile. C’est autour d’une bonne boisson que l’on peux découvrir un véritable ballet, dont chaque figure sera très difficile à capturer en photos.

Au retour, la capricieuse météo permettra d’apprécier la vallée sous ses plus belles couleurs, alternant entre soleil, pluie, brume ou arc-en-ciel. Une découverte inattendue pour des panoramas inoubliables où s’étirent dans le ciel, jusqu’à l’infini, ces majestueux palmiers de cire. La vallée de Cocora, est un paysage véritablement féerique et bucolique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *