Des cœurs d’eau et de lave

Pays de lacs et de volcans, le Nicaragua est situé au centre de l’arc volcanique d’Amérique centrale qui s’étend du Panama au Guatemala. La Cordillera Marrabios représente ainsi une chaîne de plusieurs volcans alignés, caractéristique d’un paysage lunaire aux cratères fumants. Fascinant ! Entre le Massaya et son cœur bouillonnant, le Monbacho et sa forêt luxuriante, le Momotombo et son chapeau de nuages, le Cerro Negro et sa piste de luge, le Maderas et Conception les tétons au milieu du lac, le Tellica et ses fumerolles, ou l’Apoyo et son eau laiteuse, … les choix d’ascensions sont nombreuses. Évoluer, grimper, admirer, surfer, nager, parmi la constellation de volcans du Nicaragua reste une expérience inoubliable.

 

AU COEUR DU MASSAYA

S’il offre moins à voir aujourd’hui ses abondantes volutes de fumerolles, le volcan Massaya détient un autre secret bien caché. Depuis près d’un an, l’activité de cet intrépide s’est amplifiée pour dévoiler aux visiteurs l’impressionnant cratère de lave bouillonnant. Étant l’un des volcans encore actif parmi les plus accessibles au monde, l’accès au cratère se faisant en voiture, nous ne pouvions manquer cette belle découverte ! Après une jolie route au milieu des champs de lave, dont la dernière coulée remonte à une dizaine d’année, nous atteignons le cratère de ce géant gris. Nous sommes prévenus : il est bien précisé de n’y rester que 15 minutes, et de se garer dans le sens de la sortie, … pour déguerpir en cas d’éruption subite ! De là haut, le spectacle est saisissant. Si en premier lieu, seuls quelques nuages de fumée blanche à la forte odeur soufrée se dégagent du centre, c’est en s’approchant du cratère que nous découvrons son trésor rougeoyant. La lave est là, bouillonnante au fond du gouffre à la profondeur vertigineuse. À quelques centaines de mètres sous nos pieds, la Terre offre à voir un de ses secrets les mieux gardé : son cœur rouge incandescent. La chaleur remonte à la surface, tout comme les effluves de dioxyde de soufre qui font tourner la tête. Un spectacle sensationnel à observer pendant plusieurs minutes cette lave en fusion au fond du trou béant, la vue du sommet dépouillé, les kilomètres de champs de lave, ou l’épaisse fumée qui ne s’arrête jamais. À la nuit tombée, le volcan Massaya trahi de loin sa présence par son rougeoiement dans l’obscurité. Le ciel, les nuages ou la fumée se teintent d’une couleur carmin, offrant une dimension mystique à la « bouche de l’Enfer ».

 

SUR LES PENTES DU CERRO NEGRO

Plus jeune volcan d’Amérique centrale, le Cerro Negro n’est pas bien grand [450 mètres d’altitude] mais reste pourtant très actif. Son profil noir de pouzzolane émerge de la forêt et contraste avec ses hauts voisins dont les flancs sont investis par une dense végétation. La rapide ascension offre une vue superbe depuis le sommet sur toute la chaîne de volcans alentours. D’ici, l’alignement de ces dômes explosifs est frappante. À l’Ouest, on aperçoit même l’océan Pacifique tandis qu’à l’Est s’étendent des plaines à perte de vue vers l’Atlantique. Malgré l’heure matinale, la chaleur accable, au sommet, des gaz ardents sortent du cratère de pierres, réchauffant une atmosphère qui devient étouffante. Étonnamment, les pentes parfaites se prêtent aux « sports d’hiver », dessinant d’élégants sillons de glisse sur les flancs. Ainsi, on enfile combinaison et masque, et l’on chausse skis, snowboards ou luges pour fouler la neige noire du Cerro Negro. Et oui, malgré les 30°C, ici aussi nous sommes en hiver !

 

DANS LES EAUX D’APOYO

Autre volcan, autre ambiance. Suite à une éruption volcanique il y a plusieurs milliers d’années, un cratère s’est formé, se remplissant d’eau au cours des siècles : la lagune de Apoyo est née. Sur la crête, la vue embrasse ce grand lac de 6 kilomètres de diamètre, offrant un spectacle de toute beauté sur ces eaux bleutées. Partis du sommet, nous descendons cette fois-ci au cœur du cratère aqueux. Des petites plages sont aménagées, mais souvent privatisées. Une liberté étriquée mais le fabuleux paysage et les eaux de la lagune se méritent. Une nuit au camping permettra alors de recharger toutes les batteries et ainsi profiter des eaux chaudes et légèrement salées comme une cure bienfaisante, de s’adonner au canoë, de méditer seul sur un ponton abandonné ou de lézarder sur des bouées à la dérive.

Joyaux du pays, les volcans du Nicaragua recèlent de nombreux trésors. Des cœurs tout aussi étonnants que différents se cachent dans le ventre de la région, où l’on ne se lasse pas de s’émerveiller.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *