Colombia mi amor*

La Colombie, le pays de tous les dangers ? En France, plusieurs reportages d’investigation très approfondis -ou pas- fleurissent sur nos écrans 16/9°. Les FARC, la drogue, la violence, les quartiers mal famés, les armes, les enlèvements, etc, beaucoup de clichés nous viennent de ce pays. Devons-nous y aller, devons-nous écouter les craintes de certains, n’allons-nous pas tomber dans un gigantesque trafic de cocaïne comploté contre les gringos ? Et pourtant … nous n’avons pas vraiment le choix, notre itinéraire doit passer par là. Grand bien nous a pris de ne pas céder à ces fantasmes collectifs pour aller découvrir par nous même ces fabuleux paysages et l’accueil chaleureux des habitants. Une Colombie qui fascine, autant par son histoire et cette réputation sulfureuse que par sa diversité culturelle. Chaleur, salsa, montagnes, insécurité, festivité, nous nous attendions à trouver tout cela. C’est autre chose que nous y avons découvert, ni mieux ni moins bien, tout simplement différent.

 

HORS DES SENTIERS BATTUS : LE SUD-OUEST COLOMBIEN

Dans la partie Sud de la Colombie, la route suit le relief, elle monte et descend sans cesse par d’innombrables virages. Les montagnes colombiennes vont à ce rythme détrôner les russes ! Nids de poule, camions en file indienne, les routes sont dans un état épouvantable et faire 200 kilomètres peut rapidement prendre une journée. Mais les paysages traversés sont somptueux, dévoilant de belles vues plongeantes sur des canyons dont on ne voit, pour certains, même pas le fond. Des stands de ravitaillement sont situés au cœur des petits villages traversés : bananes, papayes, mandarines, oranges, pastèques et autres fruits dont on ne connaît pas le nom, sont achetés pour une poignée de pesos, certains nous seront même offerts. Au bord de ces routes, les villageois dévoilent cette générosité propre à la Colombie, des gens lumineux à la personnalité attachante. Sur les axes principaux, la sécurité est omniprésente et au premier abord quelque peu impressionnante. Des soldats -souvent très jeunes- armés jusqu’aux dents, nous assurent que le passage est dégagé par leur sourire et leur pousse levé. Bientôt, le gouvernement et les FARC signeront un accord de paix qui libérera la Colombie de cette pression quotidienne.

panorama-colombie-01

ENTRE TRADITIONS ET MODERNITÉ

Construit à cheval sur une gorge, à l’extrémité d’un pont de pierre, le sanctuaire de Notre Dame de Las Lajas fascine tant par sa situation que par son histoire. Tel le Lourdes colombien, ce lieu a réalisé des miracles et la Vierge serait apparu sur la falaise, il est devenu aujourd’hui un site sacré de pèlerinage connu à travers tout le pays où le dimanche des milliers de famille viennent se recueillir. D’en haut, cette impressionnante basilique néogothique, construite sur un viaduc à trois arches qui enjambe la rivière semble flotter dans les airs.

Plus loin, la ville blanche révèle toute sa splendeur. Popayan est une cité coloniale immaculée où églises, monastères et université peintes à la chaux s’harmonisent à la perfection avec les demeures du XVIIe siècle. Les larges rues pavées invitent à la flânerie et les portes cochères des nombreuses maisons blanches s’ouvrent sur de grands patios cachés, où il fait bon se reposer à l’ombre des arbres.

Un détour par le petit village pittoresque de montagne, Silvia, offrira un spectacle haut en couleurs. Cœur du territoire des indiens Guambianos, l’un des peuples les plus traditionaliste de Colombie, ces habitants sont très attachés à leur culture. Mardi est le jour du marché hebdomadaire, et dès l’aube, c’est un défilé de costumes traditionnels qui s’opère. Les indiens descendent par centaine des grands bus colorés (chivas) qui se rassemblent sur la place centrale. Jupes bleues Klein à liseré rose pour les femmes comme pour les hommes et chapeau melon en feutre sur la tête. Pour plus d’élégance, les femmes coordonnent leur poncho avec leur jupe et parent leur cou de colliers de perles à plusieurs rang. Tout peux s’acheter sur ce marché, des fruits et légumes aux vêtements de seconde main, de la viande fraîche aux épices en vrac, des herbes médicinales aux poussins colorés. Une joyeuse cacophonie de sons, de couleurs et d’odeurs qui éveillent tous les sens.

Après cette prometteuse entrée en la matière, la suite du périple nous guidera vers des paysages inoubliables. Récits à suivre…

* Le titre de l’article fait référence aux nombreuses expressions colombiennes qui nous ont rapidement plongé dans l’ambiance généreuse du pays. « a la orden » : à votre service, « con mucho gusto » : avec grand plaisir, ou le très amical « mi amor » : mon amour, nous ont particulièrement marqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *