« Beauf » et belle Argentine

L’instant détente et sérénité à observer les joyaux de la nature continue au Lago Roca où nous posons notre monture pour fêter la nouvelle année en compagnie des 5 roulent en carrosse, que nous avions déjà croisé à plusieurs reprises depuis le début du voyage. Enfin, c’est que nous croyions…

Après une très agréable journée à profiter d’un bivouac avec vue imprenable sur le Perito Moreno, et l’organisation du réveillon, nous célébrons avec Blandine & Nico, et quelques autres campeurs cette nouvelle année 2016 qui s’annonce pleine de surprises et de découvertes. Panorama splendide, tee-shirts, feu de camp et bonnes rigolades seront au programme.

I BONNE ANNEE 2016 I

PANORAMA-Lago-Roca

Mais c’est sans compter sur l’infatigable argentin qui, le 01 janvier dès 10h du matin, arrive en voituretunninglamusiqueàfond pour se coller à ton véhicule et faire son barbecue avec tous ses amis. En quelques heures, ce site si calme est envahit de centaines d’argentins, chacun s’affairant autour du feu avec le maximum de décibel dans les oreilles. Nous sommes encerclés, oppressés ! Ce capharnaüm durera ainsi jusque tard dans la nuit (07h00 ?), sans instant de répit musical. Le 1er janvier 2016 fut très dur, nous partons sans regrets de ce paradis devenu enfer vers la prochaine destination : El Chalten et son célèbre mont Fitz Roy.

PANORAMA-El-Chalten

Créé il y a tout juste 30 ans, ce petit village au bout de tout est posé au cœur des Andes, au pied du mont Fitz Roy. Entourées par les montagnes, les constructions, plus ou moins typiques et un peu anarchiques, poussent à une vitesse vertigineuse, et sont essentiellement tournées vers le tourisme alpin (hébergements, restaurants, magasins). Ouverts uniquement pendant l’été austral (novembre-mars), ces infrastructures touristiques laissent un village endormi l’hiver : quelques mois pour construire sa petite affaire, quitte à terminer de monter l’étage la saison prochaine…

Si les Indiens avaient surnommé le Fitz Roy « El Chaltén » : le volcan, c’est parce qu’il est rare de voir le sommet de cette montagne, tant les épais nuages y restent accrochés, faisant ainsi penser à un volcan en éruption. Nous n’aurons pas l’honneur de pouvoir prêter à cette comparaison tant le soleil et le ciel dégagé nous aura accompagné pendant tout le séjour. Une jolie piste serpente au pied des montagnes en suivant un cours d’eau, livrant, telle une aquarelle, un camaïeu de couleur terre du plus bel effet. Le mont Fitz Roy (3405 mètres) et ses acolytes, la montagne Poinceneau et le massif Saint Exupéry apparaissent, leurs flans accidentés tutoyant le soleil couchant. Encore un peu loin à notre goût, nous passerons les 4 prochains jours à arpenter les sentiers pour s’en approcher au plus près.

Avec une moyenne de 20 km/jour, et des dénivelés d’environ 750 mètres positifs, chaque randonnée donnera un aperçu différent de cet ensemble de pics acérés rocheux. Offrant des vues sur le glacier Piedras Blancas, d’autres sur des lagunes toutes plus étincelantes les unes des autres, ou encore des cadrages sur le Fitz Roy, il faudra traverser plusieurs forêts et steppes, et marcher au travers des volutes de fumée nuageuse, avant d’arriver, au prix d’un dernier effort, au pied de cette superbe chaîne de pics montagneux dont les sommets enneigés atteignent parfois plus de 3000 mètres. Nous sommes au plus près de la roche (pour ceux qui ne pratiquent pas l’alpinisme…). Tout comme pour la randonnée à Torres del Paine (cf.article), le Fitz Roy et ses voisins, aux noms évocateurs de l’aviation française (Mermoz, Saint Exupéry, Guillaumet, etc), ont les pieds dans l’eau. Dus à la fonte des neiges, dont les flancs des montagnes en sont encore recouverts, ces petits lacs possèdent chacun leur propre couleur de bleu / vert, plus ou moins intense. Boire l’eau du Fitz Roy est un luxe dont nous ne nous sommes pas privé ! La dernière randonnée sur le sentier Loma del Pliegue Tumbado offre un spectaculaire panorama sur toute la vallée. Unique, il permet d’embrasser d’un seul regard à la fois les monts Torre et Fitz Roy et l’immense lac Viedma dont les couleurs turquoises éclatent avec le soleil au zénith. Pas un nuage à l’horizon, mais un vent à décorner les bœufs rendra l’ascension délicate ; mais la vue à 360° au sommet de ce sentier rocailleux infernal récompensera les efforts fournis.

La dernière descente signera la fin des randonnées pour un petit moment. Après ces dernières semaines et cette étape à El Chaltén, nous aurons eu notre dose de marches avec la quelque centaine de kilomètres dans les jambes. Nous clôturons ainsi en beauté la fin de la partie « Patagonie Argentine », qui nous aura réservé bien des surprises. Après plusieurs semaines à en arpenter les routes, plus ou moins bonnes, nous avons découvert une nature variée si grandiose, un climat capricieux, une faune exceptionnelle, des situations atypiques, et fait des rencontres inoubliables. Belle et rude Patagonie !

PANORAMA-Loma-del-Pliegue-Tumbado

Nous continuons maintenant vers la mythique Route Australe au Chili, mais çà c’est une autre histoire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *